Qu’est-ce que le Zéro Déchet ?

La tendance du Zéro Déchet revient peu à peu sur le devant de la scène et c’est tant mieux ! Si certains voient cette démarche comme une lubie écolo, pour d’autres c’est un réel défi à relever. Suite à mon article La fête du Zéro Déchet, je souhaitais présenter la démarche dans sa globalité.

Le Zéro Déchet, c’est quoi exactement ?

Le Zéro Déchet est une démarche qui s’inscrit dans une logique de développement durable, ce dernier étant un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Trois aspects se présentent dans ces démarches : l’aspect écologique (ex : respecter la nature), l’aspect économique (ex : faire marcher l’économie locale) et l’aspect social (ex : pas d’exploitation des travailleurs).

Plus précisément, le Zéro Déchet est un mode de vie durable qui vise à réduire sa production de déchets, à mieux réfléchir à sa consommation et à mieux comprendre l’impact de ses actions. Nous avons tendance à penser que c’est au gouvernement de mettre en place des lois et des projets dans ce sens. Mais nous sommes aussi responsables de notre consommation et de notre mode de vie. Nous pouvons montrer la voie à prendre et montrer l’exemple.

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. Historiquement c’est toujours de cette façon que le changement s’est produit. » -Margaret Mead

La prise de conscience se fait petit à petit quant à l’urgence de prendre soin de notre planète. Il existe des sceptiques du réchauffement climatique et de la raréfaction des ressources naturelles et pourtant, des chiffres et des faits prouvent qu’il en est ainsi.

Quelques chiffres et faits sur notre production de déchets

✿ En 1900, nous étions 1.5 Mds d’humains sur la planète. En 2018, nous sommes 7.6 Mds, soit une hausse de 500% en l’espace d’un siècle. Nous sommes donc aujourd’hui 7.6 milliards de personnes à produire des déchets quotidiennement.

✿ 1 français produit en moyenne 390 kg de déchet par an. On arrive vite à une moyenne de 2 tonnes par foyer et par an.

99% des ressources prélevées dans la nature deviennent des déchets en moins de 42 jours.

✿ Nous, contribuables, dépensons environ 14 milliards d’euros tous les ans pour la gestion publique des déchets en France. Le petit plus ? En 2012, les entreprises adhérentes au groupe Eco-emballages ont payé seulement 6% de la note alors que le chiffre d’affaire de l’emballage français représente environ 19 milliards d’euros.

✿ Le recyclage, c’est bien, mais il a ses limites. 66% du carton/papier sont recyclés en matière première, 55% du verre est recyclé et seulement 7% pour le plastique (fléau de notre société). De plus, les centres de recyclage utilisent beaucoup d’énergie (charbon, pétrole, nucléaire) et pour 1 bouteille de verre recyclée, 390g de CO2 sont émis.

Sources : 10 chiffres inconnus sur la planète – Ademe (Youtube)                                                                    Famille presque Zéro Déchet – Jérémie Pichon/Bénédicte Moret

La règle des 5 « R »

Ce que j’appelle la règle des 5 « R » provient du livre Famille presque Zéro Déchet de Jérémie Pichon et Bénédicte Moret. Je trouve que c’est une très bonne première approche pour comprendre le Zéro Déchet.

Refuser : le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. Refuser d’acheter des produits emballés dans du plastique, refuser les sacs plastiques dans des magasins etc

Réduire : sa consommation et le gaspillage.

Réutiliser/Réparer : donner une seconde vie à ses objets.

Recycler : avec le tri sélectif et le compostage.

Revendiquer : expliquer fièrement sa démarche et montrer ce qui pourrait être amélioré.

« Acheter c’est voter. Un consommateur qui achète seulement ce qu’il lui faut (d’occasion ou en vrac), investit son argent vers un futur durable et vote d’emblée pour un futur Zéro Déchet. «  – Béa Johnson

Les actions à mettre en place

Maintenant que nous savons tout cela, quelles sont les actions concrètes à mettre en place pour s’engager dans cette démarche du Zéro Déchet ? C’est ce que je vais vous expliquer ici en les classant par thèmes. Avant tout, sachez que cette démarche se fait petit à petit : il faut se défaire de ses habitudes, trouver ce qui nous convient, réajuster certaines choses etc. Ne soyez pas trop durs envers vous-même s’il y a des ratés !

Les courses et la cuisine

J’aimerais clarifier un point au sujet des courses. Quand j’ai lu le livre Famille presque Zéro Déchet, il est écrit que faire ses courses en vrac revient moins cher que faire ses courses en supermarché. Il est important de préciser que la comparaison se fait entre des produits achetés en vrac (souvent bio) et des produits bios achetés en supermarché ! Autant vous dire, que j’ai été sceptique quand je suis passée au vrac la première fois… Car quand je fais mes courses au supermarché, je ne prends pas que des produits bios. Mais rassurez-vous, on trouve tout de même des produits vrac qui restent intéressants au niveau du prix. Maintenant, allons-y. Que peut-on mettre en place concernant les courses et la cuisine ?

Trouver ses fournisseurs de produits frais (légumes, viandes, fromage etc) et de vrac : le marché de la ville/village, les AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), La Ruche qui dit Oui, magasin de vrac de la ville, les Biocoop etc. Acheter le plus possible local et de saison.

S’équiper de contenants réutilisables : les bocaux en verre pour mettre son riz en vrac, les tupperwares en verre pour mettre sa viande du marché, des sacs réutilisables ou en tissus pour faire ses courses et pour le vrac etc

✿ Si on continue à acheter une partie en supermarché, misez le plus possible sur des emballages réutilisables ou recyclables (verre, carton et éviter au mieux le plastique qui est très complexe à recycler)

✿ Et pour la cuisine, retour aux plats fait maison ! On évite les plats industriels sur-emballés et qui (parfois) coûtent cher. Si le temps manque, se prendre quelques heures pour effectuer plusieurs plats de la semaine et les mettre au frais ou au congélateur.

La cosmétique

Remplacer ses produits. Par exemple, on peut remplacer le gel douche par un savon solide qui est vendu sans emballage en magasin de vrac. Ou bien remplacer les cotons tiges par des cure-oreille. Ou encore, mesdames, remplacer les tampons et les serviettes hygiéniques par la cup et/ou serviettes hygiéniques lavables.

Faire ses cosmétiques soi-même. On peut trouver en magasin de vrac des produits de base sans emballage comme la cire d’abeille. S’il y a emballage, ce sera en matière recyclable et les produits achetés durent plus longtemps de manière générale (les huiles essentielles par exemple, dû à leurs effets puissants pour une petite quantité).

Les produits ménagers

Faire ses produits ménagers soi-même. Vous trouverez un tas de recettes dans le livre Famille presque Zéro Déchet ou sur internet. Chacun y va de ses petits conseils ! Vous trouverez les doses et les produits qui vous conviennent au fur et à mesure.

Réutiliser les contenants de produits ménagers pour y mettre sa recette maison. Ou trouver des contenants en verre.

Remplacer des produits jetables par des réutilisables/lavables. Adieu les éponges jetables, bonjour les tawashis !

La maison

Emprunter et prêter au lieu d’acheter. Si je veux faire une raclette mais que je n’ai pas d’appareil, je peux l’emprunter à quelqu’un. Si mon voisin a besoin d’une tondeuse et que j’en ai une, je partage !

Réparer au maximum ce qui est réparable au lieu de jeter. Quitte à troquer un service de réparation auprès d’un voisin contre un bon plat fait maison.

Acheter d’occasion. Plein de sites internet proposent des objets d’occasion (Le bon coin, Vinted, troc.com etc) et vous pourrez certainement trouver ce type de démarche près de chez vous. Par exemple, dans ma ville, il y a La Maison du Vélo : possibilité d’acheter un vélo d’occasion et de bénéficier de leçon de réparation au besoin pour être capable de le faire soi-même à l’avenir.

Faire soi-même, encore une fois. Si on est un peu bricoleur, pourquoi ne pas fabriquer ses meubles ? Si on aime jardiner, pourquoi ne pas avoir son propre potager ? Si vous avez une machine à coudre, pourquoi ne pas créer ses propres lingettes lavables ?

Il y a beaucoup de choses à dire concernant cette démarche. Le mieux est de lire des livres complets à ce sujet si cela vous intéresse. Si chacun de nous mettait en place quelques-unes de ces actions, cela serait un grand pas vers un monde Zéro Déchet et une planète en meilleure santé. Je n’applique pas toutes ces actions citées, mais je fais petit à petit. Et faire de son mieux, c’est le plus important. 

7 Comments

  • Laëtitia

    Je ne fais pas tout non plus mais j’ai mis des actions en place. Petit à petit j’en rajoute. Mais malheureusement certaines choses peuvent ne pas convenir selon son mode de vie. Par exemple, le compost pour moi qui vit en appartement et en ville ce n’est pas possible. Il y avait un jardin partagé avant pour mettre le compost mais qui a été enlevé car les rats envahissaient le lieu !
    Faire de son mieux ( tiens un accord toltèque ! ) comme tu dis et surtout avoir déjà une conscience environnementale/écologique je trouve que c’est déjà un pas !

    • Nath

      Je comprends, de même pour le compost, je suis en appartement. J’en mets de côté pour mes beaux parents qui ont un grand jardin/potager quand je sais que je vais bientôt les voir. Oui, tiens ! Et c’est un bon accord 😉

  • jeanandr

    Il faut aussi éduquer les gens pour qu’ils réfléchissent vraiment avant d’acheter quoique ce soit. Si c’est pensé en amont il y aura beaucoup moins de déchets. Que ce soit du plastique du verre du papier ou du matériel, peu importe.
    Et n’oublions pas l’obsolescence programmée qui fait beaucoup de tort à notre monde.
    un exemple simple, je fabrique mes produits ménagers depuis 2011 je me suis équipé de bidons en plastiques neufs que j’avais trouvé ici à l’époque https://nettoyer-la-maison.com/25-stockage-conditionnement A première vue le plastique n’était pas le choix idéal, sauf qu’après avoir cassé quelques pots ou bouteilles en verre, au final je suis passé au plastique parce moins fragile à la casse surtout avec les enfants. Au final j’ai toujours mes bidons en plastiques… Alors que j’ai du jeter 1kg de verre

    • Nath

      Oui tout à fait. Le changement passe par la connaissance et c’est bien cela le problème. Beaucoup de gens ne savent pas ou n’ont pas conscience. Il faudrait apprendre ça dès le plus jeune âge. Pour ce qui est de votre abandon pour le verre, c’est un réajustement qui vous convient et qui reste quand même dans cette démarche puisque vous gardez le plastique 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *