Se reconnecter à l’essentiel

Mon corps est là, dans cette pièce. Mais mon esprit ne l’est pas. Mes pensées vagabondent. Elles vont dans le passé et me hantent. Elles vont dans le futur et m’angoissent. L’ici et maintenant n’existe pas.

Le temps qui passe
Le tourbillon de la vie

Le travail, la vie de famille, les obligations, le temps limité… On peut vite être débordé(e) par les 1001 choses à faire en peu de temps. Car aujourd’hui, il est pratiquement imposé d’être rapide et efficace, dans la vie professionnelle comme dans la vie personnelle. Le stress, l’angoisse, la panique peuvent faire surface. Et même s’il y a de la place pour les loisirs et les bons moments, on peut avoir la tête ailleurs, l’esprit n’est pas ancré dans l’instant présent. On fonctionne en mode pilote automatique, on ne réfléchit pas totalement à ce que l’on fait, à ce que l’on est. On se laisse déborder par les événements de la vie. On se perd.

Se reconnecter

Je pense qu’il est important de se poser un moment et de se reconnecter. D’abord, se reconnecter à soi-même et ensuite au monde extérieur, à ce qui nous entoure. Vivre l’instant présent et pratiquer la pleine conscience aident. Avant d’écrire cet article, je confondais un peu ces deux notions. Pour moi, l’instant présent et la pleine conscience, c’était pareil. Mais en discutant avec mon copain, j’ai pu mieux discerner la différence. L’instant présent se vit, simplement et naturellement. La pleine conscience se pratique, il y a une notion d’effort. Mais les deux sont liés, car vécus dans le présent.

« Aujourd’hui est un cadeau. C’est pour ça qu’on l’appelle « présent ». «  – Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une – Raphaëlle Giordano

Vivre l’instant présent

Cela paraît simple, mais pas pour tout le monde et pas tout le temps. En effet, il y a des périodes où on va être préoccupé par les obligations et par le stress. Même un bon repas en famille ne nous empêchera pas de penser à cette réunion à préparer et aux multiples dossiers à rendre avant la date limite. Il faut s’entraîner à se dire stop dans ces moments là. Dire stop à ces tortures mentales et revenir à l’ici et maintenant.

Méditer

Méditer entraîne à la pleine conscience. C’est aussi prendre du temps au calme avec soi-même. Il y a plusieurs pratiques de la méditation. Entre autres, vous pouvez vous concentrer sur votre respiration et vous reconnecter à votre souffle. Faire un scan corporel (ressentir chaque partie de votre corps, une par une) et vous reconnecter à votre corps. Plus particulièrement à vos 5 sens en se focalisant sur les sons alentours, sur votre environnement ou sur la sensation de vos vêtements contre votre peau.

« Chaque fois qu’un silence vous entoure, écoutez-le. Remarquez-le, tout simplement. Accordez-y votre attention. L’écoute du silence éveille en vous la dimension du calme, car ce n’est qu’en toute tranquillité que l’on prend conscience du silence. » – Le pouvoir du moment présent – Eckhart Tolle

Pratiquer la pleine conscience

La pleine conscience ne s’applique pas à la méditation seule. Vous pouvez la pratiquer au quotidien, quand vous le souhaitez. Il suffit de passer de l’instant présent à la pleine conscience. Voici des exemples sous forme de tableau pour bien comprendre :

La pleine conscience c’est s’observer. Observer son mental. C’est d’autant plus intéressant dans certaines situations. Par exemple, quand vous faîtes une bêtise, rendez-vous compte à quel point vous vous trouvez nul(le), idiot(e), pas assez intelligent(e). C’est votre mental qui prend le dessus. Mais si vous prenez un instant pour observer vos pensées, vous verrez que vous vous jugez souvent durement et que vous réagissez de la même manière par habitude. Notre passé, nos expériences altèrent notre manière d’agir, de penser, de voir le monde. Chez les bouddhistes, la pleine conscience c’est l’attention juste. C’est-à-dire une attention non-altérée par notre mental. 

« Le premier miracle de la pleine conscience, c’est d’être présent et capable de toucher profondément le ciel bleu, la fleur et le sourire de notre enfant. […] Le deuxième miracle de la pleine conscience est de rendre l’autre présent – le ciel, la fleur, notre enfant. » – Le Cœur des enseignements du Bouddha – Thich Nhat Hanh

Cette citation me parle, car j’utilise aussi cette pratique pour me reconnecter à mon environnement. Je m’arrête un moment et j’observe ce qui m’entoure : la nature, mes proches, la pièce dans laquelle je suis etc. En cela, je renforce mon lien avec le monde extérieur.

Profiter de l'instant présent
Mon expérience de ces pratiques

Avec du recul, je remarque mieux ce que m’apporte la pratique de la pleine conscience et de la méditation. Avant de vous lister ces bienfaits, je voudrais préciser une chose. Toutes ces pratiques, c’est de l’entraînement. Quand mes pensées étaient au passé ou au futur, il n’a pas été facile de les arrêter pour me recentrer sur le moment présent. Ma concentration durant mes premières séances de méditation n’était pas la même qu’aujourd’hui. Cela s’est fait au fur et à mesure, en m’efforçant. C’est difficile au début, mais comme tout, on s’améliore en pratiquant.

Les bienfaits selon mon expérience :

✿ Je me reconnecte à mon corps et à mon esprit en observant mes sensations physiques et mes pensées. Je me reconnecte à l’essentiel.

✿ Cela me permet de prendre conscience de moi-même en tant qu’humain et m’aide dans ma démarche de devenir ma propre amie, de m’aimer et de m’accepter.

✿ Ma capacité à me concentrer sur une activité s’est améliorée.

✿ Selon contexte, ça m’apporte de la sérénité ou de la joie.

✿ Quand je suis en colère, je me recentre et cela me calme.

✿ Je rumine moins sur les actes du passé et je m’angoisse moins concernant les événements du futur.

✿ J’ai une attitude plus positive : envers les autres, envers moi-même et envers ce que j’ai.

✿ Je me constitue des souvenirs plus forts, en photographiant certaines scènes de ma vie.

✿ Je redécouvre l’esthétisme de la nature, d’objets, de personnes, en les contemplant.

J’essaie de m’améliorer de façon continue et de pratiquer car je sais que cela me fait du bien. Je sens vraiment la différence en moi. Sur la façon d’accueillir les événements de la vie, sur ma façon de voir les personnes et les situations. Je sens que j’accepte plus mon passé et que je suis moins anxieuse quand je pense à l’avenir.

Qu’en pensez-vous ? Arrivez-vous à rester connecté(e) à votre essentiel ? Quelle est votre propre expérience de ces méthodes ? 

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *