Se satisfaire ou se surpasser ?

 Ces derniers temps, je me suis souvent posée la question de savoir si je devais me surpasser ou me contenter de ce que j’avais dans certains domaines. Doit-on toujours être à la recherche du meilleur ou doit-on être heureux de ce que l’on a ?

L’importance d’avoir des rêves, des objectifs de vie

Rappelez-vous enfant, les multiples rêves que vous aviez en tête, parfois plus loufoques les uns que les autres. Notre imagination n’avait aucune limite. En grandissant, nos rêves  restent, évoluent ou s’évanouissent. J’ai tendance à penser que nos rêves d’enfant se transforment en des objectifs de vie une fois adulte. Un objectif a une notion moins magique, plus accessible. Dans tous les cas, avoir quelque chose à atteindre nous stimule. J’aurais même tendance à dire que c’est vital ! Quand on n’a pas d’objectif en vue, on se sent un peu vide, un peu perdu, vous ne pensez pas ?

Cependant, avouons-le, il y a des objectifs plus réalisables que d’autres. Pas impossible ! Mais plus accessibles. Si un de mes rêves est de maîtriser la pratique du yoga, ça sera très probablement plus facile de l’atteindre que d’explorer l’Univers. Concernant la poursuite de ses rêves, il y a 2 types de personnes (je réduis à 2 types pour faire simple, tout n’est pas binaire). Celles qui courent après toute leur vie : est-ce de la folie ou de l’ambition ? Celles qui revoient leurs attentes à la baisse : est-ce de la raison ou de l’abandon ?

Se surpasser pour atteindre ses idéaux

C’est humain de vouloir plus

« Je veux trouver l’âme sœur », « Je rêve d’aller aux Etats-Unis », « J’aimerais devenir musicienne professionnelle », « J’aimerais être une personne plus spirituelle », « J’ai envie de faire une mission humanitaire un jour », « Je souhaiterais être astronaute ». Autant de phrases qui nous projettent vers une meilleure version de notre existence et de nous-mêmes. L’Homme cherche toujours à améliorer son niveau de vie et à être heureux, et c’est normal. Mais jusqu’où doit-on aller pour atteindre ses idéaux ? Doit-on poursuivre ses rêves quitte à se blesser sur le chemin ? Car atteindre ses rêves sous-entend persévérance et énergie à dépenser.

« Les étoiles sont dans le ciel pour rappeler aux mortels l’objectif vers lequel ils doivent tendre. » – Proverbe chinois

Une société qui nous « vend du rêve »

Il est important de souligner que derrière tout cela, il y a une notion de réussite. Les personnes qui sont admirées, qui sont mises en avant sont celles qui ont atteint leur rêve. On nous impose un joli discours comme quoi avec de la persévérance et de l’ambition, on peut y arriver. Ce qui n’est pas totalement faux mais il y a bien plus que ça qui rentre en compte. Un jour, j’ai été outrée par une vidéo qui tournait sur Facebook où une jeune femme de 21 ans, qui possédait déjà sa propre société, s’exprimait sur le fait que « quand on veut on peut » et que si elle avait réussi à le faire, tout le monde pouvait. Pourtant, elle donnait beaucoup d’informations sur son parcours qui sous-entendait qu’elle venait d’un milieu plutôt aisé, qu’elle avait donc eu l’opportunité d’entrer dans de grandes écoles et aussi de partir avec un bon capital pour monter sa société.

J’ai cette impression que les rêves et objectifs que nous avons sont influencés par ce que la société définit comme une réussite. Plus notre vie est exceptionnelle, mieux c’est. Ce qui est banal est mal vu. Les rêves et objectifs doivent donc être impressionnants.

Placer sa vie au plus haut niveau…

Dans le livre « Miracle Morning » d’Hal Erod, l’auteur propose à ses lecteurs d’atteindre la note de 10/10 dans tous les domaines de vie : amour, travail, finance, famille, santé etc. Et pour cela, il faudrait pratiquer le « Miracle Morning ». Cette routine consiste à se lever une heure plus tôt que l’heure habituelle pour pratiquer des pratiques de développement personnel (yoga, méditation, affirmations positives…) pour bien commencer la journée. et atteindre des objectifs sur le long terme. Grâce à cela, vous serez plus productif au travail, vous gagnerez plus d’argent, vous serez en forme et votre couple sera au top du top. Et gare à ceux qui ne suivent pas cette routine ! Vous risquez de vivre une vie médiocre … D’ailleurs, si vos amis ne vous tirent pas vers le haut (peut-être un ami en dépression ?), changez-en, ce n’est pas bon pour votre réussite. La violence des mots qu’utilisent l’auteur m’a choquée. Le culte de la performance est à son apogée dans ce livre (à noter que l’auteur est américain et la réussite culturelle). En soi, se lever plus tôt pour mieux commencer sa journée et prendre du temps pour soi-même, c’est une bonne idée ! Mais de là à sous-entendre que les personnes qui ne suivent pas cette pratique s’enferment dans une vie de médiocrité…Toujours être à fond, toujours être à la poursuite du meilleur.

…ou comment être frustré ?

A force de vouloir être une meilleure personne, à la limite du parfait, et de vouloir toujours plus, on est jamais satisfait. On court toujours après quelque chose et on oublie de bénir ce qu’on possède, ce qu’on est. De plus, l’esprit à besoin d’être au repos parfois. Cela demande énormément d’énergie de se surpasser au quotidien et dans tous les domaines. La perfection n’existe pas. Faut-il alors se contenter de ce que l’on a et arrêter de courir après ses rêves ?

Se contenter du nécessaire

L’alternative à la recherche du « toujours plus, toujours mieux », c’est de se poser un instant et d’observer. C’est de prendre du recul et de faire preuve de gratitude envers ce qu’on a, envers la personne que nous sommes, envers les personnes qui nous entourent. C’est aussi savoir tirer le positif des situations négatives, tirer profit de ce que la vie nous offre.

Accueillir la vie, se laisser transporter

On peut très bien être libre de tout objectif, de tout rêve et être ouvert à tout ce qui peut arriver de bons comme de mauvais. Ne rien s’imposer et se laisser transporter par le courant de la vie.

« Quand rien n’est certain, tout est possible. » – Margaret Drabble

J’ai eu une période où je n’avais aucune attente concernant mon avenir professionnel. J’aimais mon travail mais n’avais aucun objectif de fixé. Je me sentais très libre car cela me laissait tout un tas de possibilités. En fait, quand on ne se fixe rien, on est réceptif à toutes les opportunités qui peuvent se présenter. Parfois, suivre un objectif, c’est comme avoir des œillères. On passe à côté de choses parce qu’elles ne correspondent pas à ce que l’on cherche.

Se laisser aller et… se perdre ?

En fait, ne pas avoir du but peut être bénéfique un temps, mais sur le long terme, on peut se sentir perdu. En regardant en arrière, on peut avoir cette impression de ne pas avoir fait de choix, d’avoir été passif. Et prendre des décisions, c’est construire son identité, c’est choisir qui l’on est et qui l’on va devenir. Se donner des objectifs, aussi minimes soient-ils, permet de se motiver et de créer cette énergie qui nous donne envie de vivre et d’avancer.

Savoir s’écouter et trouver un équilibre

Dans la vie, tout est question d’équilibre. Il ne faut pas aller dans les extrêmes. Il est bon d’avoir un rêve ou un objectif ultime. S’il n’est pas possible à atteindre, il faut savoir se raisonner et le transformer pour qu’il devienne plus accessible. On peut toucher notre rêve du doigt ! Dans certains domaines, il n’y a pas vraiment besoin d’avoir des attentes, mais quand on sent qu’on a besoin de changement, il faut savoir exactement ce qu’on veut pour pouvoir rectifier le tir. Je pense par exemple à la santé. On peut avoir une certaine corpulence et être satisfait de celle-ci. On ne se pose pas de question, il n’y a pas d’objectif particulier. Et puis avec les années, on prend / perd du poids, et notre nouvelle image ne nous satisfait plus. C’est le moment de changer, de se donner un objectif pour se motiver et de mettre les moyens en place ! De même pour le travail. Un job peut nous satisfaire un temps et à un moment, on se rend compte qu’on veut plus, ou plutôt qu’on veut différent. En fait, il faut savoir s’écouter !

Nos réussites et nos rêves sont personnels. Ils peuvent être extraordinaires ou non ! L’erreur est de se comparer et de voir ce que la société attend de nous. Regardez au plus profond de vous et trouvez ce que VOUS voulez. Vous seul saurez quand vous êtes bien comme vous êtes ou quand vous avez besoin d’évoluer. 

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *